L’échec connais pas. Une leçon tirée de la vie de Thomas Edison

Thomas Edison échoua 25 000 fois avant de réussir à fabriquer sa première pile. Un journaliste lui demanda ce qu’il pensait de tant d’échecs successifs. « Je ne sais pas pourquoi vous parlez d’échecs, lui répondit-il. À présent, je connais 25 000 façons de ne pas faire une pile. Est-ce que vous pouvez-vous en dire autant ? »

Thomas Edison fut probablement le plus grand inventeur américain de tous les temps. Durant ses premières années d’école à Port Huron, dans l’état de Michigan, ses maîtres se plaignirent à sa mère qu’il était « inapte aux études » et d’un caractère difficile. En conséquence, celle-ci décida de le retirer de l’école et d’assurer elle-même son éducation.

Le jeune garçon était fasciné par la science. À l’âge de 10 ans, il s’était déjà monté son petit laboratoire de chimie. À son énergie inépuisable et à son génie — qu’il définissait, dit-on, comme 1% d’inspiration et 99% de transpiration — nous sommes redevables de plus de 1300 inventions.

lampe

 

Avant d’inventer l’ampoule électrique, il dut effectuer près de 2000 essais infructueux. À un jeune reporter qui l’interrogeait sur ses impressions, il rétorqua : « Non, je n’ai jamais échoué. J’ai inventé l’ampoule, ça m’a pris 2000 étapes, voilà tout ! »

En 1914, son laboratoire fut presque entièrement détruit par un incendie. Comme l’édifice était en ciment, on pensait qu’il serait à l’épreuve du feu et on ne l’avait assuré que pour 238 000 dollars. Mais les dégâts dépassèrent les deux millions de dollars ! Et c’est ainsi qu’en cette nuit de décembre, la plus grande partie de l’œuvre de sa vie s’envola en fumée.  

Au plus fort de l’incendie, Charles, son fils de 24 ans, le recherchait anxieusement au milieu des ruines et de la fumée. Il finit par le retrouver. Son visage était illuminé par les flammes, ses cheveux blancs s’agitaient dans le vent et il se tenait là, contemplant la scène en toute sérénité.

 

 

― Un tel spectacle me brisait le cœur, racontait Charles. À 67 ans, mon père n’était plus un jeune homme, et voilà que tout son travail s’en allait en flammes. Mais mon père m’aperçut et il me lança :

― Charles, où est ta mère ?

― Je ne sais pas, répondis-je.

― Alors, cherche-la. Elle n’aura plus jamais l’occasion de revoir un spectacle pareil.

Le lendemain matin, Edison s’exclamait en regardant les ruines :

Un désastre a toujours beaucoup de positif. Toutes nos erreurs se sont envolées en fumée ! Grâce à Dieu, nous pouvons repartir à neuf. 

Trois semaines plus tard, Thomas Edison nous livrait son premier phonographe.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Le Blog du Fengshui

Françoise CHEVALIER, Consultante

La vérité est ailleurs

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent!

Le monde de SOlène, le blog

Du bonheur et rien d'autre!

Blog du Padre

Chroniques, articles et partages de l'abbé Christian Venard - aumônier militaire

quatreenfants.wordpress.com/

Le blog d'une maman de jumeaux, option famille nombreuse

Where is Marion ?

Happy and smiling traveller

๓เรร tคภєรรค

РĹÚŚ РŔÈŚ ĎĔ ŤŐĨ МŐŃ ĎĨĔÚ

One.c.Universe

Bienvenue à tous. Découvertes centrées sur les personnages. N'hésitez pas à donner votre avis !

Michelduchaine

Défenseur de la Terre/Defender of the Earth

BASTIDE EN LETTRES

La littérature e(s)t votre chemin

Titre du site

« La vie, c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. » — Albert Einstein

%d blogueurs aiment cette page :