L’échec connais pas. Une leçon tirée de la vie de Thomas Edison

Thomas Edison échoua 25 000 fois avant de réussir à fabriquer sa première pile. Un journaliste lui demanda ce qu’il pensait de tant d’échecs successifs. « Je ne sais pas pourquoi vous parlez d’échecs, lui répondit-il. À présent, je connais 25 000 façons de ne pas faire une pile. Est-ce que vous pouvez-vous en dire autant ? »

Thomas Edison fut probablement le plus grand inventeur américain de tous les temps. Durant ses premières années d’école à Port Huron, dans l’état de Michigan, ses maîtres se plaignirent à sa mère qu’il était « inapte aux études » et d’un caractère difficile. En conséquence, celle-ci décida de le retirer de l’école et d’assurer elle-même son éducation.

Le jeune garçon était fasciné par la science. À l’âge de 10 ans, il s’était déjà monté son petit laboratoire de chimie. À son énergie inépuisable et à son génie — qu’il définissait, dit-on, comme 1% d’inspiration et 99% de transpiration — nous sommes redevables de plus de 1300 inventions.

lampe

 

Avant d’inventer l’ampoule électrique, il dut effectuer près de 2000 essais infructueux. À un jeune reporter qui l’interrogeait sur ses impressions, il rétorqua : « Non, je n’ai jamais échoué. J’ai inventé l’ampoule, ça m’a pris 2000 étapes, voilà tout ! »

En 1914, son laboratoire fut presque entièrement détruit par un incendie. Comme l’édifice était en ciment, on pensait qu’il serait à l’épreuve du feu et on ne l’avait assuré que pour 238 000 dollars. Mais les dégâts dépassèrent les deux millions de dollars ! Et c’est ainsi qu’en cette nuit de décembre, la plus grande partie de l’œuvre de sa vie s’envola en fumée.  

Au plus fort de l’incendie, Charles, son fils de 24 ans, le recherchait anxieusement au milieu des ruines et de la fumée. Il finit par le retrouver. Son visage était illuminé par les flammes, ses cheveux blancs s’agitaient dans le vent et il se tenait là, contemplant la scène en toute sérénité.

 

 

― Un tel spectacle me brisait le cœur, racontait Charles. À 67 ans, mon père n’était plus un jeune homme, et voilà que tout son travail s’en allait en flammes. Mais mon père m’aperçut et il me lança :

― Charles, où est ta mère ?

― Je ne sais pas, répondis-je.

― Alors, cherche-la. Elle n’aura plus jamais l’occasion de revoir un spectacle pareil.

Le lendemain matin, Edison s’exclamait en regardant les ruines :

Un désastre a toujours beaucoup de positif. Toutes nos erreurs se sont envolées en fumée ! Grâce à Dieu, nous pouvons repartir à neuf. 

Trois semaines plus tard, Thomas Edison nous livrait son premier phonographe.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

litterama (Les femmes en littérature)

"Le poète a le devoir d'être femme, de tenir le monde à l'oeil, et d'être entendue"Grace Paley

Le Quotidien Julia

Le Quotidien Julia est un magazine ouvert sur le monde.

OVNIS VIDEOS

Toute l'actualité que vous allez aimer !

Perversions narcissiques et psychopathies : théories et concepts

"Nouvelle encore, mal connue, parfois mal reçue [...] et cependant nécessaire, la notion de perversion narcissique se situe à un carrefour et une extrémité : carrefour entre l'intrapsychique et l'interactif, entre pathologie individuelle et pathologie familiale du narcissisme, et extrémité de la trajectoire incessamment explorée, reprise et précisée entre psychose et perversion." (Paul-Claude Racamier, 1992a) « La perversion narcissique constitue sans aucun doute le plus grand danger qui soit dans les familles, les groupes, les institutions et les sociétés. Rompre les liens, c’est attaquer l’amour objectal et c’est attaquer l’intelligence même : la peste n’a pas fait pis. » (Paul-Claude Racamier, 1992b) « Les hommes libres dans une société libre doivent apprendre non seulement à reconnaître cette attaque furtive contre l’intégrité mentale et à la combattre, mais doivent aussi apprendre ce qu’il y a dans l’esprit de l’homme qui le rend vulnérable à cette attaque, ce qui fait que, dans de nombreux cas, il aspire à sortir des responsabilités que la démocratie et la maturité républicaines lui imposent. » (Joost Meerlo, 1956)

Ze Rhubarbe Blog

Pour tenter de sortir du périmètre imposé

Droit est toujours raison

"Là où finit la loi, la tyrannie commence." (William Pitt l'Ancien)

"15 ANS DE MAFIA"

DU COMMUNISME A L'EXTREME DROITE

triton95

un regard sur le monde

Ombre43

Revue de presse nationale et internationale.

La bibliothèque du Neuropsychologue

Pour les amateurs d'ouvrages et de cerveaux.

Louis et Louise de France

Nous soutenons Paris.

☙ Solutions Sante Naturelle ❧

Association Information Bien-Être et Santé au Naturel

%d blogueurs aiment cette page :