SHAKESPEARE POÈTE — L’aube naissante

Sonnet n°146, William Shakespeare (1564-1616), édition de 1609, traduction de Victor Hugo (1802-1885). Pauvre âme, centre de ma terre pécheresse, jouet des puissances rebelles qui t’enveloppent, pourquoi pâtis-tu intérieurement et te laisses-tu dépérir, en peignant tes murs extérieurs de si coûteuses couleurs ? Pourquoi, ayant un loyer si court, fais-tu de si grandes dépenses pour […]

SHAKESPEARE POÈTE — L’aube naissante

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

ZÎZNASE

bilgelik sevgisi...bilgi aşkı

vagabondageautourdesoi

Livre - Expo - Voyage

Histoires de ...

Les Arts et la culture : Actualité, littérature, histoire, peinture, voyages.. Mon choix est personnel et subjectif..

Arts Culture évasions

Votre nouveau magazine culturel

%d blogueurs aiment cette page :